Généalogie des familles NOIRIE/NOIRY

Jusqu'en mars 2015, mes recherches avaient établi que les Noirie / Noiry actuels descendaient tous de deux branches distinctes que je pensais probablement cousines:

  1. Branche des cultivateurs, descendants de Hugues Noirie, laboureur originaire de Vareilles, paroisse de Saint-Paul-en-Cornillon (F42), et dont le fils Pierre s'installe sur Échandon, paroisse de Firminy (F42), en 1635. Passée par la paroisse de Saint-Victor-sur-Loire, (F42), cettre branche s'installe en 1759 à Montfermier, parroise de Saint-Rambert-sur-Loire (F42), comme grangers pour le compte des Oratoriens de Notre-Dame de Grâce.
    C'est la branche de mes ancêtres.
  2. Branche des meuniers, descendants de Jean Noirie, meunier sur le moulin de Billon, village de Vareilles et parroisse de Saint-Paul-en-Cornillon, sur la seconde moitié du XVIIème siècle. Cette branche s'installe comme meuniers au bourg de Saint-Rambert-sur-Loire vers 1775.
En allant aux archives départementales de la Loire le mois de mars 2015, j'ai trouvé dans les registres Divers du notaire Delaroa [AD42, 5E14/15] l'inventaire après décès du meunier de Billon, Joseph Noirie, en date des 22 et 25.09.1736 Le contenu de cet inventaire permet de déduire que Jean Noirie, époux de Gabrielle Bourgier et père de ce Joseph, était fils de Hugues Noirie, mon ancêtre.
Donc mon ancêtre Hugues Noirie est aussi celui de tous les Noirie / Noiry actuels !
De plus le père de Hugues était probablement un Pierre Noirie dont il est question dans deux des papiers cités dans l'inventaire, dont son propre inventaire après décès en date du 3 mars 1654. Voici le stemma montrant comment les deux branches des cutivateurs et des meuniers sont rattachées, comme indiqué dans mon livre sur l'Origine des familles NOIRIE/NOIRIE pour les familles, et les seconds addendas de ce livre pour le rattachement:

Ce Pierre Noirie né un peu avant 1600 est possiblement descendant des meuniers Jean et son fils Joseph Noirie cités en 1450 et 1451 sur le cartulaire de la seigneurie de Cornillon, pour un moulin sur la Loire qui est probablement celui de Billon. Ce sont les plus anciens porteurs du patronyme connus par les archives.

Il existe deux autres branches probablement apparentées aux deux précédentes, mais elles n'ont pas donnés de descendance Noirie / Noiry actuelle :

  1. Les Noirie de Saint-Maurice-en-Gourgois (F42), issus de Michel Noirie, qui réside au hameau de la Rivière au début du XVIIème siècle, et dont la descendance masculine s'éteint vers la première moitié du XVIIIème siècle.
  2. Les forgeurs Noyari de Villars (F42) et Saint-Étienne (F42), probablement la souche des quelques Nuary actuels.

Enfin, on trouve d'autres branches Noirie / Noiry, installées ailleurs et non rattachées aux branches précédentes, notamment celle de Néronde qui s'éteint vers la Révolution Française.