Moulin de Billon

Situation

Le Moulin de Billon était un moulin au bord de la Loire, en bas du hameau de Vareille, commune de Çaloire.

Bien visible sur le cadastre napoléonien de 1834, il est aujourd'hui sous l'eau de la retenue du barrage de Grangent, seules des traces de fondations de bâtiments sont visibles lors des rares vidanges du lac, comme celle de 2012.

Histoire

Le moulin de Billon est probablement celui cité dans les actes de 1450 et 1451 [AD42, CHMS142], détenus pour le compte du seigneur de Cornillon par Jean et Georges de la Noirie, meuniers sur la seigneurie de Cornillon au bord de la Loire. Il était alors en mauvais état et devait être reconstruit. Il est question d'une écluse à construire barrant toute la Loire dans sa largeur dans l'acte de 1450, donc du moulin Billon jusqu'à la Noirie. Or cette écluse a bien existé car elle est mentionnée en 1835, formant un bassin constituant le port de la Noirie [Pey1835, pp. 199-201] et servant pour alimenter le moulin.

Il est encore détenu par des Noirie de 1678 à 1736, par Jean Noirie et son fils Joseph, ce dernier décédé en 1736 sans descendance mâle vivante.

En 1739, le moulin est récupéré par Jean Davier, époux d'Anne Noirie (qui est la fille de Joseph). Les Davier continuerons à être meuniers sur ce moulin après la Révolution Française, puisque l'on retrouve vers 1802 un Jean Davier cité sur l'état-civil de Çaloire comme meunier à Billon. Situé au bord de la Loire sur la commune de Çaloire, ancienne paroisse de Saint-Paul-en-Cornillon, il est aujourd'hui englouti par les eaux du lac du barrage de Grangent, achevé en 1957.

Le moulin de Billon aurait donc pu être occupé par les Noirie sur trois siècles, depuis au moins 1450 jusqu'à 1735.

Références

[AD42] Archives départementales de la Loire, Saint-Étienne.
[Pey1835] Alphonse Peyret, Statistiques industrielles de la Loire, 1835.