Voici la retranscription moderne [AD42, CHMS142] de l'acte d'abenevis d'un moulin situé près de Saint-Paul-en-Cornillon et Saint-Victor sur-Loire, passé par la Dame de Cornillon au nom de son époux à Georges de la Noirie, en 1451:
Abenevis passé par la Dame de Cornillon au nom de son époux à Jean (erreur: Georges) de la Noyra d'un moulin situé près de St Paul et St Victor sur Loire, le 20.11.1451.
Nous Louis de Laverade chevalier conseiller du Seigneur notre Duc de Bourgogne et son juge du comte de Forez, savoir faisons à tous ceux qui ces présentes lettres verrons et entendrons qu'en présence de Giraud Fèvre notaire de notre cour du Forez à ce par nous député et des témoins et après désignés est personnellement comparu noble et illustre Dame Marie de Brionne Dame de Cornillon, et Me Perronia Pellicier clerc notaire royal, châtelain dudit lieu de Cornillon au nom et comme fondé de procuration d'illustre Seigneur Jean de Laire Seigneur de Cornillon à ce revêtu du pouvoir ainsi qu'il conste par l'acte reçu par me Gabriel Dassure sous la date y contenue non transcrite dans l'original à cause de sa prolixité, assure qu'ils ne sont nullement induits par fraude ou contraints par force, mus de leur bonnes volontés et ayant consulté ou recherché l'utilité et avantage dudit Seigneur de Cornillon, abenevisent, asservissent et donnent à amphitéose et villanage perpétuelle à Georges Noyara de la paroisse de Firminy diocèse de Lyon à ce présent et acceptant et de l'autorité de son père, à ce présent spécialement contractant et stipulant avoir notre dit notaire juré au profit dudit Georges et des siens héritiers et successeurs quelconques à l'avenir, savoir le moulin dudit Seigneur de Cornillon situé près St Paul de Cornillon, suivant son confins avec ses droits à revenus et émoluments, droit de mouture et salaires accoutumés être perçus audit moulin avec toutes les appartenances quelconques dudit moulin.

Sous le sens ou canon annuel de trois mesures de froment et deux septiers de seigle à la mesure du grenier dudit Cornillon payables par ledit Georges de Noyara, ses héritiers et successeurs au dit moulin, audit Seigneur de Cornillon, à ses héritiers et successeurs à chaque fête de la Toussaint.

Sous la condition que ledit Georges et les siens pourront jouir et user des franchises et libertés comme les habitants de St Paul ont joui ou dû jouir de tout temps sans aucun empêchement.

Moyennant toutes et chaque fois qu'il plaira audit Seigneur de Cornillon ou aux siens, héritiers ou successeurs de conduire leurs blés pour moudre au moulin que le dit Georges et après lui ses héritiers ou successeurs audit nom lui feront et devront incontinent moudre et ramener le blé de la Trémye (de Lentremona). Sera permis audit Georges et aux siens d'avoir, tenir, posséder, vendre, aliéner, donner, tester, permuter et aliéner ledit moulin et en faire tout ce que bon lui semblera, aux charges et ???.

Et si par la suite le dit moulin et donne abenevis venait à rapporter plus qu'à présent, on se trouvera valoir un plus gros cens que celui ci dessus la dite dame et châtelaine en nom que dessus, le donnent audit Georges et aux siens par donation entre vifs, sauf espérance de retour ni révocation pour cause d'ingratitude, ou autre raison quelconque, mais ayant toute sa force et tout son sens.

Fait convenu et passé entre les dites parties constituantes et par les dits Dame de Cornillon et Châtelain procureur dudit Seigneur, en patene premier de faire ratifier et approuver par ledit Seigneur de Cornillon l'abenevis ci dessus fait audit Georges, toutes les fois qu'ils en seront requis.

Duquel moulin abenevisé avec tous ses susdits droits, ladite Dame de Cornillon et le procureur fondé audit nom dudit Seigneur de Cornillon (sauf réserve le droit, action que prend et permet le Seigneur prieur de Firminy en icelui moulin) se sont constitués possesseurs à titre de précaire avec tous ses droits et appartenances jusqu'à ce que le dit Georges ait pris possession réelle et corporelle par lui ou d'autres pour lui de quoi faire il a donné mandement spécial et permission audit Georges sous l'attente d'autres personnes plus en même constituées digentées(?).

Pour quoi les dites parties contractantes toutes ensemble et chacune d'elles en particulier en tant que les choses ci dessus dites peuvent les toucher et en noms que dessus, savoir: la dite Dame et le dit Châtelain aux dits noms par la foi de leur serment prêté sur les saints évangiles, et en l'âme du dit Seigneur de Cornillon pour lequel agissent et sous l'obligation de tous les biens du même seigneur.

Et le dit Georges pour lui et les siens aussi également sur la foi de son serment, prêté sur les saints évangiles et sous l'obligation spéciale et hypothèque dudit moulin, et de tous ses autres biens, meubles et immeubles présents et à venir, tant qu'ils tiendront le dit moulin ont promis d'avoir pour agréables fermes et valides tenir et accomplir inviolablement toutes les choses ci dessus stipulées et de ne jamais revenir ni souffrir que l'on revienne contre même la dite Dame et châtelain et dits noms de défendre le dit Georges de tous événements dudit moulin abenevisé à leur dépends et de l'en faire jouir en paix, promettant de son côté ledit Georges tant que lui ou les siens tiendront ledit moulin de payer et acquitter annuellement audit temps les cens ci-dessus convenus, audit Seigneur de Cornillon, même de lui rembourser tous les cens, les frais que le dit Seigneur aurait fait pour la levée du dit cens.

Pour l'exécution de toutes et chacune lesquelles choses ci-dessus, les parties contractantes chacune en droit soi se sont volontairement soumises à la juridiction cohersion et contrainte de notre Cour du Forez et à la force de son scel.

Renonçant sous la foi de leurs serments et obligations ci-dessus à toutes exceptions de droit et de fait qu'elles pourraient alléguer à leur faveur, même à la clause de droit portant que la renonciation générale ne vaut si elle n'est suivie de la spéciale.

Fait et passé au Château de Cornillon le vingt novembre quatorze cens cinquante un présents Antoine de l'Eschandel, Thomas Dupin, Jean Fournier, Jacques Sabattier clerc notaire, témoins à ce requis et appelés.

En témoignage de quoi, nous juge audit avons fait apposer à ces présentes le scel de notre dite Cour de Forez.

Et moi Giraud Favre clerc notaire juré de la dite Cour de Forez qui ai assisté à la rédaction des présentes avec les dits témoins et qui en ai reçu la minute sur laquelle le présent acte a été extrait. J'ai fait écrire et grossayer la présente expédition et j'ai apposé mon seing manuel en témoignage de ce que dessus en ayant été requis.
Fabre notaire.